Eduquer des enfants qui réussissent, sans en faire trop

D’après Julie Lythcott-Haims, nous avons pris l'habitude d'éduquer nos enfants en espérant qu'ils deviennent parfaits : Nous demandons alors 100% de 20/20 à l'école, au collège, puis au Bac pour intégrer la meilleure université et souvent pour faire des études qui lui permettra d'être "riche" et "gagner beaucoup d'argent".

Pour ça, nous les guidons, les protégeons et les coachons au maximum pour être les meilleurs à l'école, au club de sport, au conservatoire de musique, partout et tout le temps.

Seulement, après le lycée et même si l'enfant a intégré une bonne université, il ne peut plus respirer, il est fatigué, il se sent malheureux de ne pas être le meilleur à la fois en art, en sport, en musique et en maths.

En tant que parent, nous sommes fiers. Mais ne réalisons pas que cet environnement l'a amené à être mentalement fragile en pensant qu'il n'est jamais assez performant.

Attention : Julie ne dit pas qu'il ne faut pas accompagner l'enfant à être meilleur !

Elle argumente juste que cela ne doit pas être basé sur les seuls objectifs d'avoir de bonnes notes à l'école, être meilleur que les autres ou pour intégrer la plus prestigieuse des universités.

Alors, que faire ?

Nous devrions plutôt nous concentrer sur la construction des bonnes habitudes, leur état d'esprit, leurs réelles compétences et leur bien-être afin qu'ils réussissent là où ils aillent. En somme, assurer que leur enfance soit la fondation de leur succès grâce à :

  • L'amour

  • Les tâches ménagères (oui, vous avez bien lu)

La compétence clée de la "réussite"

En effet, des études ont démontré que les personnes réussissant le mieux dans le monde professionnel sont celles qui savent naturellement comment être utile et agir de manière autonome : compétence que l'on peut bâtir grâce aux tâches ménagères.

En d'autres mots, c'est la compétence de se demander : "la situation est ainsi, que dois-je faire pour résoudre les problèmes ou améliorer la situation ?". Puis de passer à l'action et anticiper les besoins des autres (vous pouvez aussi stimuler cette compétence en lui donnant des responsabilités).

Et celle qui rend heureux

L'enfance doit être le terreau fertile pour enseigner comment aimer. Pour cela, ils doivent d'abord s'aimer eux-mêmes et avoir l'habitude que nous leur parlions, que nous nous intéressons à ce qu'ils vivent, ce qu'ils ressentent et ce qu'ils apprennent.

Finalement, pourquoi voulons nous absolument que nos enfants soient seulement dans les meilleures universités au prix de leur bonheur et leur confiance en soi ? Les personnes les plus épanouies et heureuses ont-elles toutes étudié à Harvard ?

Image illustrant Comment motiver ses enfants

Comment motiver ses enfants

Quelques pistes pour motiver ses enfants sans usage de la peur ou du chantage.

Voir plus
Image illustrant Planter la graine du bonheur - La méthode danoise

Planter la graine du bonheur - La méthode danoise

Le Danemark est le pays le plus heureux du monde. Mais comment les danois peuvent-ils être les plus heureux ? C'est une question de valeurs humaines.

Voir plus
Voir tous les articles